Châtillon-en-Bazois


Commune de 1 926 ha, soit 19,26 km², Châtillon-en-Bazois compte 986 habitants, nommés les Châtillonnais et Châtillonnaises de Bazois.
L’origine du nom provient du latin castellum, le château.

 

Vie pratique


Mesdames Colette ACQUART et Laurence JAMES vous accueillent :

Le Lundi, le mercredi et le vendredi de 9h à 12h – 14h à 17h. Le Mardi et le jeudi de 9h à 12h. Le Samedi de 9h à 12h

Adresse : Place de l’église, 58110 Châtillon-en-Bazois
Tel : 03 86 84 14 76
Fax : 03 86 84 11 43
Mail : mairie.chatillon-en-bazois@Wanadoo.fr

 

Site internet officiel de la commune de Châtillon-en-Bazois : http://www.mairie-chatillon-en-bazois.fr/




Le Maire :
Madame Michèle DARDANT, 1ère Vice-Présidente de la Communauté de Communes, en charge de l'économie, du logement et du tourisme.

 


Les services communaux

- Possibilité de louer la salle des fêtes : sale de 300m2, hall servant de préparation de repas, avec 2 réfrigérateurs, un évier (eau chaude et froide). Pour les tarifs, s'adresser directement à la mairie.
- Trésor Public/Trésorerie : 7, rue de Vauclaix, tél : 03 86 84 13 87/
Fax : 03.86 84 07 23
- La poste : 2 rue Champ de FoireBureau de poste : Tel : 03.86.84.19.50 / Centre courrier : Tél : 03 86 84 19 92  
- Ecole : maternelle (2 classes), primaire (5 classes), Quartier des Vignes,
Tél : 03 86 84 15 12
- Jour de marché : jeudi matin et Foire : 3ème jeudi du mois ;
- Actions menées par le CCAS : aides ponctuelles envers des familles en grandes difficultés.
- Commerces ambulants : un camion « pizzeria » le mardi soir.

Les sites à découvrir...


Eglise Saint Jean-Baptiste

Construction : 1862-1868
De style néo-roman, elle est couverte de voûtes en berceau. Les grandes arcades qui séparent les trois vaisseaux de la nef, reposent sur des piliers carrés cantonnés de colonnes engagées. Les ouvertures de la façade sont constituées d’arcs en plein cintre sur colonnettes.
En son sein :
- Une dalle funéraire de Jean de Châtillon de 1370 ou Jehan, seigneur de Châtillon. Il est figuré sous une arcade trilobée, vêtu en chevalier, la tête sur un coussin et les pieds sur un lion.
- Un lutrin du milieu du XIXème siècle. L’aile, symbole de saint Jean l’Evangéliste soutient habituellement le pupitre de ses ailes déployées. Originalité : sa position dominante et son attitude hautaine.

Le Château, XIVème – fin du XVème- XVIIème-XIXème
Les bâtiments se dressent sur l’emplacement de l’ancienne forteresse des sires de Châtillon, dont ont été conservés la tour nord ainsi qu’un cellier partiellement creusé dans la roche. La tour nord, dont la salle basse est couverte d’une coupole, est percée de canonnières. Un escalier, ménagé dans l’épaisseur du mur, conduit à l’étage couronné d’une charpente à double enrayure.
Des jardins à la française attestés par un plan anonyme du XVIIIème siècle entouraient le logis et les communes.

Le pont en calcaire et pierre de taille
Construit vers 1790 d’après les plans et devis de Hageau. C’est sous son impulsion que le chantier du canal abandonné en 1791 est repris en 1809.
Par ce pont à une arche en anse de panier et à tablier en dos d’âne, une route franchit la boucle du canal du Nivernais qui contourne l’éperon du château. La croix surmontant le parapet est une création du XIXème siècle.

Les site d'intérêt communautaire
- Les lavoirs de Bernière et Frasnay
- Le jardin de la Liberté

Un peu d'histoire...

Des outils préhistoriques ont été trouvés dans la vallée de l’Aron montrant que ce passage était utilisé depuis très longtemps. A la Boulaine se trouve la suite d’un aqueduc souterrain romain repéré sur la commune d’Alluy (lien I paragraphe Alluy), ainsi que des tombes romaines.

A l’époque féodale, Châtillon est le siège d’une importante seigneurie, dont le premier sire aurait été Robert, fils de Landry I, comte de Nevers et d’Auxerre. Robert est le fondateur du prieuré de Châtillon, donné à l’abbaye de Saint-Germain d’Auxerre vers 1032. 

La seigneurie entre par alliance dans plusieurs familles avant d’être vendue, à la mort de Louis de Béthume en 1735, à Léonor-Armand, marquis de Pracomtal.

Chef-lieu d’un archiprêtré du diocèse de Nevers, la paroisse de Châtillon est à la collation du supérieur du prieuré bénédictin du lieu. Le prieuré de Frasnay, qui dépendait de Saint-Léonard de Cordigny, semble avoir disparu avant la Révolution. Sous l’Ancien Régime, uniquement bourg dépendant du château, Châtillon devient après la Révolution un chef-lieu de canton.

Au XIXème siècle, la construction des routes et l’achèvement du canal du Nivernais la transforme en une petite ville moderne aux activités artisanales, agricoles et commerciales.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Bazois est un lieu de résistance active et le 26 août 1944, une colonne allemande est interceptée, stoppée au pied du château par deux sections du marquis Jean.

(Source : Jean-Luc Flohic (dir.), Le Patrimoine des Communes de la Nièvre, Tome 1, éditions Flohic, collection Le Patrimoine des Communes de France, Charenton-le-Pont, 1999.)